10 / 10

  • Flore-Aël Surun_2
  • Flore-Aël Surun_1

Flore-Aël Surun

Les 10 000 esprits

En 2015, douze photographes de l’agence Tendance Floue sont partis chacun de leur côté, durant deux ans, explorer le territoire de la Corée du Sud. Ils en ont rapporté un portrait collectif et tout en oppositions. Flore-Aël Surun a été frappée par la vitalité inattendue du chamanisme traditionnel dans un pays perçu avant tout comme à l’avant-garde de l’innovation technologique.

Venu de Sibérie, cet ensemble complexe de croyances animistes a été relégué au rang de simple superstition durant plusieurs siècles par le néoconfucianisme avant de connaître un regain d’intérêt depuis quelques décennies. Très présents dans la société coréenne, les chamanes, consultés comme devins, conseillers ou guérisseurs sont avant tout des intermédiaires entre le monde visible et celui des esprits de l’au-delà. C’est leur faculté de passer d’un univers à l’autre qui a fasciné la photographe depuis longtemps sensible à toutes les manifestations d’énergie vitale et spirituelle qui se révèlent chez les plus faibles : adolescents des rues de Bucarest, résistants tibétains ou transsexuels engagés dans la lutte pour leur reconnaissance. Toute une jeunesse animée par un « désir dans les ailes » dont Flore-Aël Surun porte régulièrement témoignage.

Elle nous présente ici une série de portraits de chamanes – principalement des femmes – ainsi que le déroulement d’un naerim gut. Cette cérémonie d’initiation d’un jeune chamane s’étend sur toute une journée au cours de laquelle maîtres et postulant accomplissent des danses rituelles qui les mènent à la transe, c’est-à-dire à la possession du corps par les dieux et les esprits.

En déréalisant le contexte de la pièce où se déroule la cérémonie – elle est réduite à quelques contours fantomatiques –, la photographe nous entraîne dans ce basculement du monde immédiat qui s’efface vers celui des « dix mille esprits » qui s’impose. Mais peut-on vouloir figurer l’invisible sans être ramené au visage humain ? C’est d’abord dans le regard de ces chamanes que se lit leur force mentale et leur pouvoir.


Jean-Christian Fleury