1 / 10

  • Sabine Weiss_1
  • Sabine Weiss_2

Hommage à Sabine Weiss

Chronique bulgare

Sabine Weiss est l’une des premières femmes photographes de son époque qui a parcouru le monde durant plus de cinquante ans pour de grands magazines français ou américains et qui a fait carrière en même temps dans la mode, la publicité, l’architecture, le portrait de personnalités. Tous ces genres, elle les a pratiqués avec un même enthousiasme, sans les hiérarchiser. Tous nourrissent ses travaux personnels.

Aussi, l’éclectisme est-il ce qui caractérise le mieux son « style ». Elle, qui a vécu entourée d’artistes et qui a épousé un peintre, ne situe pas son travail dans le champ de l’art. Ce qui compte, c’est d’abord d’adapter ses moyens à son propos : témoigner de l’humain dans sa diversité et quelle que soit la forme sous laquelle il se manifeste - scène du quotidien, habitat, visage ou objet abandonné. Elle se passionne pour l’ethnologie. Son empathie pour les gens rend sa présence sensible dans ses images. À travers chacune, c’est la condition humaine qu’elle donne à voir, parfois non sans une certaine gravité : « L’amour des gens, c’est beau. C’est grave, il y a une profondeur terrible. Il faut dépasser l’anecdote, dégager le calice, le recueillement. » Exigence éthique qui amène la photographe à privilégier régulièrement les enfants et les vieillards parce qu’ils se livrent sans le masque social des adultes.

On retrouvera dans la série présentée ici pour la première fois en France, les thèmes et les préoccupations chers à la photographe : réalisée en 1994 lors d’une immersion dans la campagne bulgare, cette chronique de la vie quotidienne nous conduit dans une société hors du temps, rythmée par les travaux des champs, les rites de la vie sociale et religieuse, saisie dans ses temps faibles, ses détails modestes magnifiés par la lumière. Une fois de plus, en toute liberté, Sabine Weiss se laisse guider par le hasard et l’émotion, par le plaisir aussi, s’attachant, comme elle aime à le dire, à « montrer simplement et sobrement la vie et les gens ».


Jean-Christian Fleury